Leur château est entré dans l’histoire

Domaine du XVIIIe siècle classé monument historique

Leur château est entré dans l’histoire

24 juin 2015 Non classé 0
Obyrne Saint Géry

Petit article sympathique dans le Journal d’ici ! Merci !

Propriétaire depuis trois siècles du château de Saint-Géry, la famille O’Byrne, originaire d’Irlande, fait visiter ce lieu chargé d’histoire tous les dimanche jusqu’à la fin août..

«Ce sera l’occasion de découvrir la chambre où a couché Richelieu. Les pièces occupées par la reine mère d’Angleterre lorsqu’elle était venue dans le Tarn, celles occupées par le Président Giscard d’Estaing, habitué des lieux à une époque… Marcher sur les parquets foulés par Robert de Niro lors d’une visite dans le Tarn et par Catherine Deneuve, amie de la photographe rabastinoise Marie-Laure de Decker qui fait partie de la famille», expliquent Elisabeth O’ Byrne et sa sœur Pilar Bisseuil qui, cette année, encore accompagneront une fois de plus, les amateurs à travers les pièces chargées d’histoire du château de Saint-Géry.
Comme tous les ans, la fratrie ouvre ses portes aux éventuels visiteurs le dimanche, du mois d’avril au mois d’août. Propriétaire depuis près de trois siècles de cette bâtisse, témoin de l’histoire rabastinoise, la famille O’ Byrne continue à communiquer sur ce formidable patrimoine.

Richelieu y dormit deux nuits
Construit sur les bords du Tarn entre le 13e et 18e siècle, sur un lieu déjà place forte au 7e siècle et rasée lors de conflits territoriaux, le château va connaître les vicissitudes des soubresauts de l’Occitanie et de la Révolution à travers 3 familles: les Baulat de Baulac, les de la Roque Bouillac et les de Rey.

S’il peut s’enorgueillir en 1629 de la présence de Richelieu qui y dormit 2 nuits à l’invitation de Clément de la Roque Bouillac, son conseiller, qui l’incita en particulier à négocier la condition des protestants avec monsieur de Rohan, leur leader, il déplore également la décapitation d’un descendant de Mr de Rey, parlementaire durant la Terreur.

C’est durant ce 18e siècle, par le truchement de mariages, qu’apparaît la famille O’ Byrne, originaire d’Irlande et chassée de l’île par l’oppression anglaise. Entre ces catholiques des environs de Dublin et Rabastens, le courant passe puisque nos Celtes maintenant propriétaires du château s’investissent totalement dans la vie de la cité à tel point qu’une des rues porte le nom de la famille.

Un lieu de visite qui devrait réjouir les petits et les grands dans un cadre enchanteur et champêtre sur fond de clapotis générés par le Tarn.